Croyance limitante

Comment se débarrasser de ses croyances limitantes?

En tant que parents, nous sommes parfois rongés par des pensées négatives qui restreignent nos actions et notre potentiel. Nous devons comprendre que ces croyances ne nous définissent pas et qu’il est possible de s’en libérer pour créer une vie beaucoup plus épanouissante.

Les croyances limitantes sont des idées profondément ancrées qui nous empêchent de nous réaliser. Elles peuvent provenir de nos expériences passées, de notre environnement ou de notre dialogue intérieur. Il est essentiel de prendre conscience de ces pensées restrictives pour s’en libérer.

Pour entamer la transformation, nous devons remettre en question ces croyances et les confronter avec compassion. Il est important de se demander si elles sont réellement vraies et si elles nous servent. Quelles sont les différentes stratégies pour se débarrasser de ses croyances limitantes?

En nous libérant de nos croyances limitantes, on s’ouvre à de nouvelles opportunités et on renforce sa confiance en soi-même. Cela influence naturellement nos enfants, en les encourageant à se libérer eux-mêmes de leurs propres croyances limitantes. Et ce point d’autant plus capital quand on a des enfants atypiques qui ont du mal à croire en eux.

Dans cet article, nous explorerons différentes stratégies pour t’aider à te défaire de ces croyances. Nous partagerons des conseils pratiques, des exemples concrets et des exercices simples pour t’accompagner dans ta transformation.

Prépare-toi à libérer ton plein potentiel et à vivre pleinement une vie optimiste et confiante!

Comment se débarrasser de ses croyances limitantes?

Pour se libérer des croyances limitantes, la première étape est d’identifier les pensées négatives qui nous entravent.

Ensuite, pour ouvrir de nouvelles perspectives il faut arriver à remettre en question ces croyances. Enfin, le moyen le plus puissant pour reprogrammer notre mental, c’est de cultiver l’optimisme. On se libère alors de nos schémas restrictifs.

En adoptant une attitude positive et en nourrissant des pensées optimistes, nous pouvons transformer nos croyances limitantes en croyances enrichissantes.

Regardons en détail la première étape : comment identifier ses croyances limitantes.

1/ Identifier ses croyances limitantes

Une croyance limitante c’est une pensée « parasite », une pensée « têtue » qui nous tire vers le bas.

C’est une pensée qui se met en travers de notre plein épanouissement. Les croyances limitantes sont généralement classées en trois catégories:

1/ L’impuissance : « Je n’arriverai jamais à… », « Je ne suis pas capable de… »

2/ L’absence de valeur : « Je ne mérite pas… », « Je ne suis pas à ma place »

3/ Le désespoir : « Je suis une victime, je n’y peux rien », « Quoi que je fasse, c’est perdu d’avance »

Ce sont des pensées à tendance négative qui sont devenues des convictions profondes. Ces pensées sont tellement ancrées en nous que nous finissons par croire qu’elles sont vraies et qu’elles définissent notre réalité. On ne pense même plus à les mettre en doute.

Ce sont des obstacles psychiques qui nous pourrissent la vie, et ils touchent différents domaines : le couple, la parentalité, la vie professionnelle, les relations sociales, les finances personnelles, la santé, etc.

Pourquoi les croyances limitantes sont si toxiques ? Parce qu’elles dirigent nos actes et nos comportements au quotidien tout en nous éloignant de nos rêves et de nos objectifs.

D’où viennent les croyances limitantes?

Les expériences passées et l’éducation

Les croyances limitantes sont souvent profondément enracinées dans notre subconscient et peuvent être influencées par nos expériences passées, notre éducation et nos interactions sociales.

Il est donc essentiel de prendre le temps de réfléchir à ces croyances et de les identifier pour pouvoir les remettre en question et les modifier.

Souvent, la source d’une pensée limitante est un traumatisme (divorce, conflit violent, maladie grave, accident, licenciement, défaite, etc.) que l’on craint de revivre.

Pour se protéger du mal-être de nos expériences passées, on a ancré en soi des croyances irrationnelles, d’où le blocage mental et les comportements d’auto-sabotage.

Quelques exemples de croyances limitantes :

Amour :

  • « Tous les hommes sont infidèles. »
  • « Toutes les relations amoureuses finissent par échouer. »
  • « L’amour est douloureux et je vais finir par en souffrir profondément ».
  • « Je dois sacrifier mes propres besoins pour être aimée par mon partenaire. »

Parentalité :

  • « Je ne suis pas un bon parent, car je fais régulièrement les mêmes erreurs. »
  • « Je ne peux pas équilibrer ma vie professionnelle et ma vie de famille de manière satisfaisante. »
  • « Je suis responsable du bonheur et de la réussite de mes enfants. »
  • « Je dois être un parent parfait et répondre à toutes les attentes de la société. »

Argent :

  • « Je ne serai jamais riche, car l’argent est réservé aux autres. »
  • « Il faut être malhonnête pour gagner beaucoup d’argent. »
  • « Il est égoïste de vouloir gagner beaucoup d’argent quand on voit ce qui se passe dans le monde. »
  • « Il n’y a qu’une seule manière pour devenir milliardaire : travailler 12 heures par jour »

Le dialogue intérieur

Pour identifier nos croyances limitantes, nous pouvons commencer par être attentifs à notre dialogue intérieur, cette « petite voix » qui raisonne en nous.

Quelles sont les pensées qui reviennent régulièrement et qui nous empêchent d’agir ou de réaliser nos objectifs ?

L’observation de nos « pensées automatiques » et de leur impact négatif sur nos émotions peut nous aider à identifier les schémas de pensée négatifs liés à nos croyances limitantes.

Cela peut paraitre très scolaire, mais c’est pourtant un exercice efficace : tenir un journal de nos pensées pendant quelques jours pour mieux comprendre les schémas récurrents.

Reprenons l’exemple : « Je dois être un parent parfait et répondre à toutes les attentes de la société. »

Ce schéma de pensée négatif peut se manifester par des pensées telles que :

  • « Si je ne suis pas parfaite en tant que parent, mes enfants ne seront pas heureux et je serai considérée comme une mauvaise mère. »
  • « Je dois tout savoir et tout faire pour mes enfants, sinon je serai jugée comme négligente. »
  • « Je ne peux pas montrer mes faiblesses ou mes émotions devant mes enfants, car cela pourrait les perturber ou les décevoir. »

Ce schéma de pensée peut conduire à une pression excessive sur soi-même en tant que parent, créant un sentiment d’insatisfaction constante et d’épuisement.

L’environnement social

Par ailleurs, il est important de noter que nos croyances limitantes peuvent être influencées par notre environnement social, en particulier durant notre enfance.

Il est donc bénéfique d’examiner les influences sociales et les messages que nous avons intégrés au fil du temps, afin de mieux comprendre l’origine de nos croyances limitantes.

Un exercice intéressant est de noter les domaines de ta vie ou tu rencontres des obstacles et tu te sens en échecs.
Si c’est par exemple un problème lié à l’argent, prends le temps de réfléchir et de voir quelles étaient les croyances de ta famille, notamment durant ton enfance.
Comment parlait-on des finances, quelles histoires entendais-tu?
Est-ce que tes parents vivaient confortablement et en sécurité lorsque tu étais petite?

Y-a-t-il eu des traumas liés à l’argent (vols, malhonnêteté, faillites, pertes d’emploi, de la honte par rapport au manque d’argent ou au contraire besoin de montrer sa richesse)?

2/ Remettre en question ses croyances limitantes

Se confronter à ses peurs

La confrontation des peurs est une technique puissante pour remettre en question ses croyances limitantes.

Reprenons l’exemple de la peur d’être un mauvais parent.

Imaginons que tu aies cette croyance limitante et que tu ressens constamment l’anxiété de ne pas être à la hauteur pour tes enfants.

Pour commencer, identifie les peurs sous-jacentes qui alimentent cette croyance:

  • Peur de faire des erreurs (un langage négatif, une non maîtrise de ses émotions, etc.)?
  • Peur de ne pas être suffisamment présente pour tes enfants?
  • Peur de ne pas répondre de manière adaptée à leurs besoins?
  • Etc.

Prends le temps de confronter ces peurs et de les examiner de manière réaliste.

Est-ce que ces peurs sont fondées sur des faits concrets ou sont-elles plutôt le produit de ton imagination?

Tu pourrais te rendre compte de plusieurs moments où tu as apporté beaucoup de soutien à tes enfants, que tu as su les apaiser. Tu pourrais te souvenir de leurs petites victoires et de la manière dont tu y as participé indirectement.

Regarde cette vidéo pour en savoir plus pour mieux gérer ses peurs et ses angoisses,

Développe ensuite des stratégies pour faire face à ces peurs et progresser malgré elles.

Exemple : Développer plus de bienveillance envers toi-même, reconnaître que « personne n’est parfait », admettre que tu fais déjà de ton mieux, te renseigner sur les bons comportements de parents (lis des livres, écoute des podcasts et des conférences sur le sujet), etc.

En développant ces stratégies, tu pourras progressivement réduire l’impact de la peur d’être un mauvais parent et te sentir plus confiante dans ton rôle de parent.

En adoptant cette approche réaliste et bienveillante, tu pourras surmonter ta peur et cultiver une relation saine et épanouissante avec tes enfants.

Expérimenter et agir

L’autre technique pour remettre en question ses croyances limitantes c’est d’expérimenter régulièrement et surtout AGIR.

Passe à l’action et expérimente de nouvelles façons de penser et d’agir qui contredisent ta croyance limitante.

Par exemple, si tu crois que tu es trop timide pour t’exprimer en public, participe à un atelier de prise de parole en public. Tu te confronteras à cette croyance et tu pourras expérimenter de nouvelles compétences.

L’expérience vécue peut souvent remettre en question les croyances limitantes en démontrant que tu es plus capable que tu ne le pensais.

Pour passer facilement à l’action, trouve la plus petite action que tu peux réaliser, qui te permet de ne plus te sentir « limitée ».

Dans notre précédent exemple si « participer à un atelier de prise de parole en public » est trop compliqué, concentre-toi sur une vidéo youtube sur le sujet.

En lisant cet article, tu te rendras compte que l’action est un pilier important pour devenir optimiste.

Bien s’entourer

S’entourer de personnes positives et bienveillantes qui partagent notre volonté de grandir et de se libérer de ces croyances est un moyen puissant de favoriser notre développement personnel.

Ces personnes peuvent être des amis proches, des membres de notre famille, ou même des groupes de soutien en ligne où nous pouvons partager nos expériences et recevoir des conseils. Leur présence bienveillante nous rappelle que nous ne sommes pas seuls face à nos défis et que nous avons un réseau de soutien solide.

Ses personnes peuvent nous challenger et nous pousser en dehors de notre zone de confort pour déconstruire nos croyances limitantes.

3/ Cultiver son optimisme pour reprogrammer son mental et se libérer des croyances limitantes

Utilisation de la méthode Coué

La méthode Coué, développée par le pharmacien français Émile Coué, est une approche populaire pour se débarrasser des croyances limitantes.

Cette méthode repose sur le principe de l’autosuggestion positive, en utilisant des affirmations simples et répétées pour reprogrammer l’esprit et transformer les pensées négatives en pensées positives.

Elle repose sur la conviction que l’esprit subconscient a un impact significatif sur nos comportements et nos résultats.

La méthode Coué se base sur la répétition de phrases positives, connues sous le nom de « formules coué », pour remplacer les croyances limitantes par des croyances plus constructives.

Par exemple, une personne pourrait répéter quotidiennement des affirmations telles que « Chaque jour, je deviens plus confiant et plus compétent » ou « Je suis capable de surmonter tous les défis qui se présentent à moi ». En répétant ces affirmations avec conviction et en les visualisant avec émotion, l’esprit subconscient est conditionné à adopter de nouvelles croyances positives.

La méthode Coué met également l’accent sur la conviction que l’autosuggestion doit être pratiquée avec une attitude de foi et de confiance absolue. Il est essentiel de croire sincèrement en la possibilité de changement et d’avoir une attitude positive envers les affirmations utilisées. Cette pratique régulière et cohérente permet de renforcer les nouvelles croyances positives et d’affaiblir les croyances limitantes.

Attention, la méthode Coué ne consiste pas à nier les problèmes ou les difficultés, mais plutôt à se concentrer sur des pensées constructives pour les surmonter. En remplaçant les pensées négatives par des affirmations positives, la méthode Coué encourage une attitude de responsabilité personnelle et de confiance en ses propres capacités.

Visualisation positive

La visualisation positive est une autre technique puissante pour se débarrasser de ses croyances limitantes.

Elle consiste à utiliser notre imagination de manière intentionnelle pour créer des images mentales positives et stimulantes qui contredisent nos croyances restrictives. En nous visualisant dans des scénarios où nous dépassons nos limites, nous renforçons notre confiance en nous et nous programmons notre esprit à croire en de nouvelles possibilités.

Cette pratique nous permet de ressentir les émotions positives associées à ces accomplissements, ce qui renforce notre motivation et notre détermination à les réaliser dans la réalité.

La visualisation positive agit également en contrecarrant les schémas de pensée négatifs qui soutiennent nos croyances limitantes. En nous exposant régulièrement à des images positives et inspirantes, nous reprogrammons notre esprit à croire en notre potentiel et à rejeter les pensées restrictives. Cette pratique permet de créer de nouvelles connexions neuronales dans notre cerveau, renforçant ainsi les croyances positives et affaiblissant les croyances limitantes.

Par exemple, si tu as peur d’être un mauvais parent, tu peux t’imaginer en train de créer des moments de qualité avec tes enfants.

Visualise-toi en train de passer du temps précieux avec eux, en engageant des conversations enrichissantes, en riant ensemble et en partageant des expériences mémorables. Ressens la joie et la connexion profonde tu as avec avec eux.

Tu trouveras d’autres techniques pour programmer positivement ton mental (comme les affirmations positives) dans cet article.

Conte traditionnel indien : « Les deux loups »

On te laisse avec ce joli conte, pour illustrer que l’élimination des croyances limitantes est un combat personnel de chaque jour. C’est toi qui décide en toute responsabilité que tu es le principal acteur de ta vie.

Un vieil homme veut apprendre à son petit-fils ce qu’est la vie.

« En chacun de nous, il y a un combat intérieur » dit-il au jeune garçon.

« C’est un combat jusqu’à la mort et il se tient entre deux loups. »
« Le premier est ténébreux. Il est la colère, l’envie, le chagrin, le regret, l’avidité, l’arrogance, l’apitoiement sur soi-même, la culpabilité, le ressentiment, l’infériorité, la supériorité, les mensonges, la fausse fierté et l’égo. »
« Le second est lumineux. Il est la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la gentillesse, la bienveillance, l’empathie, la générosité, la vérité, la compassion et la foi. »

Le petit-fils réfléchit pendant un long moment. Puis, il demande à son grand-père : « Quel est le loup qui gagne ? »

Le vieil homme sourit et lui répond : « Celui que tu nourris. »

Conclusion

En conclusion, la prise de conscience de nos croyances limitantes est le premier pas essentiel vers la libération de leur emprise sur notre vie.

En identifiant les sources de ces croyances, qu’elles proviennent de nos expériences passées, de notre éducation, de notre dialogue intérieur ou de notre environnement social, nous sommes en mesure de remettre en question leur validité et de les transformer.

Pour remettre en question nos croyances limitantes, il est important de se confronter à nos peurs.

En affrontant nos peurs avec courage et en examinant de manière réaliste leurs fondements, nous sommes en mesure de les affaiblir et de progresser malgré elles.

L’expérimentation et l’action sont également essentielles pour défier nos croyances limitantes. En osant sortir de notre zone de confort, nous découvrons de nouvelles possibilités et renforçons notre confiance en nos capacités.

S’entourer de personnes positives et bienveillantes est un autre élément clé pour remettre en question nos croyances limitantes. En recherchant un soutien et un mentorat, nous bénéficions d’une perspective extérieure et d’un encouragement précieux pour nous guider vers des croyances plus positives et constructives.

Enfin, cultiver son optimisme est essentiel pour se débarrasser de nos croyances limitantes. La visualisation positive et la méthode Coué sont des techniques puissantes qui nous permettent de reprogrammer notre esprit, de remplacer les pensées négatives par des pensées positives et de créer une réalité alignée sur nos aspirations.

En intégrant ces différentes techniques dans notre vie quotidienne, nous avons le pouvoir de transcender nos croyances limitantes, de libérer notre plein potentiel et de créer une vie plus épanouissante. Cela demande du temps, de la pratique et de la persévérance, mais les résultats en valent la peine!

Tu as éliminé une croyance limitante? Bravo! Jette un œil sur cet article pour encore plus profiter de la vie grâce au lâcher prise.

Commentaires

  1. muriel

    Merci pour ton article ! J’ai particulièrement aimé le conte des 2 loups. Je trouve cela génial d’illustrer ton article de la sorte, de manière aussi parlante. Tes exemples sont parfaits aussi pour que l’on puisse s’identifier et s’inspirer de ton travail !

  2. Floraine

    Oh oui c’est très important de les identifier ! je recommande le livre Aimer, connaître et guérir son enfant intérieur qui est très didactique et permet d’identifier ses croyances limitantes… mais aussi ses croyances « empowerantes » (je ne sais pas comment le dire ») !

    1. Manager Papillon

      Merci beaucoup pour cette recommandation de livre Floraine!

  3. Chrystelle

    J’ai lu ton article avec attention. Il est fort intéressant. Merci pour toutes les techniques enseignées.

  4. Marlène

    Article bien complet et intéressant ! Pour ma part je reste bloquée à l’étape où j’ai identifié l’une de mes croyances limitantes, bon, et après ? Tes exercices vont probablement m’aider à y réfléchir de manière plus approfondie en tout cas. Merci !

    1. Manager Papillon

      Merci, j’espère effectivement que les exercices t’aideront. Passe à l’action maintenant et surtout entoure-toi de personnes bienveillantes.

  5. Christèle

    Bravo pour ton article très riche!
    J adooore le conte des 2 loups et je te remercie d en avoir parlé, je l avais presque oublié…

    C est vrai que tout est croyance… Et quand on sait que 80% des croyances proviennent de notre éducation ou de la société, c est important de faire le tri dans ce qui est utile ou non et de s en libérer au besoin.

    1. Manager Papillon

      Merci Christèle, oui nous devons faire le tri dans les bagages du passé, pour emporter avec nous ce qui nous fait du bien. Quand nous avons ce courage et ce discernement, le voyage est fantastique.

  6. Jessica

    J’utilise bcp l’autosuggestion positive, du coup je vais me renseigner un peu plus sur la méthode Coué !

  7. Maud

    Bonjour, je me suis reconnue dans la pression excessive et l’épuisement liés à toutes mes croyances… Il y a encore du travail mais le chemin est déjà bien engagé ! Merci pour cet article.

    1. Manager Papillon

      Merci Maud. L’essentiel c’est que la prise de conscience soit réelle et que le travail sur toi-même soit déjà bien engagé.

  8. jouvenon

    très bel article ! En effet, il est primordial d’identifier ses pensées sabotantes et de s’en libérer ! Merci pour ces beaux conseils !

  9. Blanchard

    Merci pour ton article ! Avande de devenir coach j’étais completement manipulée par mes croyances et mon dialogue interieur tres négatif. J’ai bien aimé l’illustration par des exemples. J’adore aussi l’esthetique du blog tres « optimiste »!!

Ajouter un Commentaire