Parent d'enfant atypique optimiser budget

Parent d’enfant atypique : 3 stratégies incontournables pour booster ton budget familial

Gérer le budget familial est souvent un défi, mais cela peut être particulièrement complexe quand tu es parent d’un enfant atypique.

Imagine le sentiment de frustration intense lorsqu’en fin de mois, tu regardes ton compte en banque presque à zéro. Chaque achat devient une question de survie : « Puis-je vraiment me permettre cette thérapie non remboursée qui pourrait aider mon enfant ? » ou « Est-ce que cet équipement spécialisé, pourtant très utile, va nous forcer à renoncer à d’autres besoins essentiels ? » Les coûts des thérapies et des équipements spécifiques s’accumulent rapidement, créant une pression financière qui peut sembler insurmontable. Et cela ne touche pas uniquement les parents d’enfant atypiques. Selon une étude réalisée en mars 2023 par Harris Interactive, 82% des Français déclarent leur pouvoir d’achat comme étant une source d’inquiétude.

Je connais bien ce sentiment. En tant que maman de Melyssa, une petite fille pleine de vie mais confrontée à des défis comme le TDAH, les troubles multi-dys et l’hypersensibilité, je dois jongler régulièrement avec son père avec des dépenses imprévues. Pendant de longues périodes, ça a été un casse-tête pour boucler le budget, tout en essayant de ne pas sacrifier les besoins essentiels. Les doutes et les angoisses financières ont été mon quotidien. Je n’ai pas baissé les bras. Je sais que des solutions existent et que, avec quelques stratégies bien pensées, il est possible de réduire ces dépenses et de trouver un équilibre financier plus serein.

Ce guide est né de ma volonté de ne pas laisser les contraintes financières dicter la qualité de vie de nos enfants. Inspiré par des exemples concrets de notre quotidien, il propose des conseils pratiques pour alléger le poids financier qui pèse sur les épaules des parents d’enfants atypiques comme nous. Ensemble, explorons des moyens réalistes et accessibles pour optimiser ton budget, afin de transformer les doutes et les inquiétudes en confiance et sérénité.

1. Réduire les coûts du quotidien quand on est parent d’enfant atypique

Planifier les repas pour économiser

Planifier les repas de la semaine peut sembler banal, mais cela fait une grande différence.

Chaque week-end, je consacre un peu de temps pour planifier les repas de la semaine. Je fais une liste précise des courses et je m’en tiens strictement à cette liste. Résultat ? Moins d’achats impulsifs, moins de gaspillage alimentaire et des économies significatives chaque mois.

De plus, cela permet à Melyssa de bénéficier d’une alimentation équilibrée : très peu de produits transformés et de sucreries. J’évite les produits contenant des ingrédients inconnus ou imprononçables, et j’essaie de privilégier les aliments locaux et de saison.

Adopter un mode de vie minimaliste

Adopter un mode de vie minimaliste peut sembler intimidant, mais c’est une approche libératrice. J’essaie de me concentrer uniquement sur les achats essentiels. J’ai appris à éliminer petit à petit les jouets superflus et les gadgets inutiles.

Non seulement cela a réduit les dépenses, mais cela a aussi simplifié le quotidien familial. Melyssa apprend à apprécier davantage ce qu’elle a et je me sens moins stressée par l’encombrement.

Autre chose : avec son père, nous avons convenu de lui offrir uniquement un seul cadeau à Noël. On lui enseigne à apprécier la simplicité et à se concentrer sur la valeur des choses plutôt que sur la quantité. On l’encourage aussi à être plus reconnaissante et à chérir ce qu’elle a, plutôt que de toujours en vouloir plus.

Le minimalisme, tel que défendu par Joshua Becker dans son livre « The More of Less », peut offrir plus de liberté, de temps et de ressources pour les choses qui comptent vraiment. Il argue que l’accumulation excessive d’objets mène souvent à la distraction, au stress et à une perte de focus sur nos véritables priorités.

A lire aussi : Comment se simplifier la vie? 10 clés pour les familles avec enfants atypiques

Acheter du matériel d’occasion de qualité

Acheter des meubles, des équipements et des vêtements d’occasion est une habitude que j’ai aussi adopté. J’ai pris plaisir à apprendre à rénover les meubles, à faire du home-staging. Je m’habille à 80% en friperie et ma fille également. Mais je ne dis pas non au neuf quand j’ai un vrai coup de cœur.

Acheter d’occasion non seulement allège le budget familial, mais c’est également bénéfique pour la planète, réduisant ainsi l’empreinte écologique de la famille.

J’ai adopté la philosophie « Make Do and Mend », en français  » Faire durer et réparer ». Cette philosophie trouve ses racines dans les périodes de guerre, notamment pendant la Seconde Guerre mondiale, où les ressources étaient rares et les gens devaient tirer le meilleur parti de ce qu’ils avaient. Cette approche encourage la réparation, la réutilisation et la créativité pour prolonger la vie des objets, plutôt que de les remplacer immédiatement. C’est très courant à Madagascar où nous vivons.

Après avoir optimisé tes dépenses quotidiennes, voyons comment tu peux tirer parti de ton réseau pour des économies supplémentaires.

Dans ce podcast de la série « Coquillages, or et argent » d’Eléonore l’épicurieuse, j’aborde notamment l’importance de l’éducation financière à transmettre à nos enfants, et je te partage ma philosophie sur l’abondance.

A lire aussi : Slow parenting : ralentir le rythme en famille

2. S’appuyer sur un réseau

Profiter des achats en groupe

Les achats groupés sont une excellente façon de bénéficier de réductions importantes. C’est l’option que j’ai utilisé pour acheter l’électroménager de la cuisine ou pour partager des frais de port de petits équipements

Échanger des services entre parents

Les échanges de services sont également très bénéfiques. Par exemple, échanger des heures de garde d’enfants avec les voisins. Ce système d’échange réduit les coûts de garde, mais crée aussi un réseau de soutien solide. On dispose ainsi de plus de temps pour nous-mêmes. En poussant la réflexion, on peut vraiment étendre ce système basé sur le partage, l’échange et le troc.

Le livre « What’s Mine Is Yours : The Rise of Collaborative Consumption » écrit par Rachel Botsman, publié en 2010 en parle. L’auteur avance que ce modèle, « l’économie du partage » est en train de transformer les comportements de consommation et de production, offrant des solutions innovantes aux défis économiques et environnementaux contemporains.

Réduire les coûts de transport avec le covoiturage

Le co-voiturage a aussi été un ami de notre portefeuille tout au long de l’année scolaire. L’école de Melyssa est à plus de 20 kilomètres de la maison. On partage la voiture avec deux autres de ses camarades. Ce système offre aussi aux enfants une opportunité supplémentaire de socialisation.

En plus du soutien communautaire, des aides financières sont disponibles pour alléger ton fardeau.

A lire aussi : Comment optimiser son organisation pour mieux vivre?

3. Profiter des aides et des ressources gratuites

Bien se renseigner sur toutes les aides disponibles

Les aides municipales et régionales

Enfin, il est recommandé de se renseigner auprès de sa mairie ou de son conseil régional, car de nombreuses collectivités territoriales proposent des aides spécifiques, comme des subventions pour les activités périscolaires ou des dispositifs d’accompagnement à domicile.

Les allocations et les prestations complémentaires

En France, plusieurs allocations et prestations sont disponibles pour soutenir les familles d’enfants atypiques.

Allocation d’Éducation de l’Enfant Handicapé (AEEH)

L’AEEH est une aide financière versée par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) destinée à compenser les frais supplémentaires liés à l’éducation et aux soins d’un enfant handicapé. Elle est composée d’une allocation de base et peut être complétée, modulée selon la gravité du handicap et les contraintes spécifiques des familles. Ces compléments peuvent couvrir des frais comme l’assistance d’une tierce personne ou les adaptations nécessaires du logement.

Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

La PCH, gérée par la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), est destinée à financer les besoins liés à la perte d’autonomie de l’enfant. Elle couvre divers domaines tels que :

  • Aides humaines : pour l’assistance personnelle ou les soins.
  • Aides techniques : comme les équipements spécialisés.
  • Aménagements : du domicile ou du véhicule pour les rendre accessibles.

A lire aussi : Lexique pratique pour les parents d’enfants neuro-atypiques

Conclusion

En adoptant ces trois stratégies essentielles, tu transformes non seulement ton approche financière, mais tu enrichis également ton quotidien de manière significative.

Réduire les coûts du quotidien en planifiant les repas, en vivant de manière minimaliste et en optant pour des achats d’occasion, c’est redonner de la valeur aux choses simples et essentielles. T’appuyer sur un réseau, c’est te connecter à une communauté solidaire, où les achats en groupe, les échanges de services entre parents et le covoiturage créent des liens forts et durables. Enfin, profiter des aides et des ressources gratuites, c’est t’assurer que tu utilises pleinement les opportunités disponibles pour alléger tes charges financières tout en offrant le meilleur à ton enfant atypique.

Ces efforts collectifs et individuels résonnent bien au-delà des économies réalisées : ils construisent un futur où tes valeurs de solidarité, de partage et de durabilité inspirent tes enfants. Fais de chaque choix une opportunité pour grandir ensemble, avec optimisme et détermination.

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs « Mes astuces pour optimiser mon budget. », organisé par Magdalena du blog archiminiorga.com. Ce blog partage chaque semaine des contenus inspirants pour alléger nos vies et s’organiser au quotidien. J’ai beaucoup aimé cet article : Le désordre de nos enfants : comment leur enseigner l’art du rangement. Je vous invite également à découvrir celui -ci : Les 9 habitudes à adopter pour avoir une vie plus organisée.

Commentaires

  1. Jackie

    Article très complet, merci pour tous tes conseils. J’aime bien cette idée de covoiturage où tu mets l’accent sur le fait que les enfants vivent de belles expériences avec leurs camarades.

    1. Merci Jackie, oui le covoiturage est d’ailleurs une belle transition entre l’école et la maison : ils continuent à papoter et à débriefer de la journée passée.

  2. Pascal Quionquion - Couple heureux

    Merci pour ton article. J’aime les astuces et pistes que tu proposes. je le trouve très pragmatique comme le fait de planifier les menus, que tu listes les aides municipales auxquelles on pourraient en pas penser ou que l’on ignore. Merci

  3. Mélanie

    Merci pour cet article empreint de bienveillance ! Tous ces petits gestes sont peut-être des efforts au début, mais ils peuvent devenir des réflexes qui ne demandent pas plus de temps ni d’énergie petit à petit ! Evidemment, je sur-valide la planification des repas, le minimalisme, l’achat d’occasion et le covoiturage, qui font aujourd’hui partie de mes habitudes et je me mets en quête dès à présent d’un site sur lequel nous pourrions faire des échanges de services entre parents au niveau local ! Merci encore pour toutes ces pistes bien détaillées !

    1. Merci Mélanie. Tes podcasts sur l’alimentation m’aident beaucoup pour améliorer dans nos habitudes familiales.

  4. Aurélie

    Merci pour ces idées faciles à mettre en place. Cela permet de ne pas se sentir seul(e) 🙂

  5. Miren

    Merci pour tous ces bons conseils. je pratique la planification des respas depuis peu, et c’est vrai que cela crée des économies importantes. je vais tester d’autres pistes que tu présentes dans l’article 😊

  6. Ana Origami Mama

    Un article très touchant et empreint de bienveillance ! Merci pour ton partage 🌻
    J’applique plusieurs des astuces que tu évoques, notamment le troc, le second-hand, la planification de menus ou le batch-cooking. Ce sont d’excellentes sources d’économies !
    Je te partage un article qui développe comment manger sainement tout en réduisant son budget : https://origami-mama.fr/repas-pas-chers-gagnez-du-temps-en-mangeant-sainement/
    Il participe aussi à l’évènement interblogueurs que tu mentionnes !
    Belle journée 🙂

  7. Bertrand (Captain Papa)

    Merci Elise pour ces précieux conseils que je trouve particulièrement intéressants. Je crois beaucoup aux échanges de service et au retour du troc dans notre modèle de société.

  8. Stéphanie Estèves

    Merci beaucoup pour cet article ! En tant que maman qui doit faire attention à son budget, j’ai trouvé tes conseils très utiles. La planification des repas et l’idée d’acheter du matériel d’occasion sont particulièrement pratiques et faciles à mettre en place. J’apprécie aussi l’accent mis sur le minimalisme pour être moins encombrée. Merci encore pour toutes ces astuces bienveillantes !

Ajouter un Commentaire